demir-3

Published on October 3rd, 2014 | by Alexandra LACROIX | Credit: 50y.be

0

« Je suis entrepreneur pour créer de l’emploi.» Entretien avec Ertuğrul Demir.

grande_bretagne_1606

C’est par envie de donner du travail aux autres qu’Ertuğrul Demir fonde en 2005, avec deux associés, l’entreprise Sahika, spécialisée dans l’installation de chauffages sanitaires. L’entreprise équipe entre 200 et 250 logements par an, dont la majorité est constituée de logements sociaux, pour un chiffre d’affaires d’environ 5 millions d’euros.

Une success story qui a commencé dans un petit magasin de fruits et légumes, à Charleroi (Belgique).

Ertuğrul Demir était pourtant destiné à s’installer en Turquie : « La première génération d’immigrants d’origine turque est arrivée en Belgique avec l’idée d’en repartir. Tout ce qui les motivait était de pouvoir amasser assez d’argent pour retourner dans leur village et acheter un terrain, un tracteur etc.

Mon père partageait ce rêve du retour et voulait donc que ses enfants finissent leurs études en Turquie. Il m’y a envoyé après ma cinquième primaire. Mais je n’y ai pas poursuivi longtemps mes études et je suis revenu en Belgique en 1989. »

Deux ans après, ne trouvant pas de travail qui lui plaise avec le peu de qualifications qu’il possédait, Ertuğrul Demir se lance alors vers le commerce. Pendant huit ans, il tient un petit magasin de fruits et légumes, avant d’opter finalement pour « la vie de Monsieur tout le monde ».

« J’en ai eu marre d’être toujours enfermé derrière un comptoir. Après huit ans d’indépendance, j’étais vraiment fatigué. Je voulais une vie normale : travailler huit heures par jour, avoir mes weekends libres…»

Ertuğrul Demir trouve finalement un travail à l’usine, qui lui permet de bien gagner sa vie, tout en ayant des horaires convenables. Jusqu’à ce que le virus de l’entrepreneuriat le rattrape.

« Après trois ans à l’usine, j’en ai eu marre de ce travail monotone. Je me suis dit que cette vie-là n’était pas faite pour moi. Donc en 2005, avec mes deux associés, on a créé notre société, en commençant par acheter des radiateurs en lot, puis les raccords … »

Finies les 35 heures, Ertuğrul Demir doit à nouveau travailler sept jours sur sept, avec cette fois-ci une nouvelle ambition : donner du travail aux autres et être un modèle pour les générations futures.

« Quand on a commencé avec mes associés, notre seul objectif était de pouvoir donner le maximum de travail à des demandeurs d’emplois. Quand j’étais ouvrier et que j’allais pointer à la machine à la fin de ma journée de travail, je me demandais souvent si moi aussi, un jour, j’aurais autant de personnel. J’espérais voir autant de joie et de fierté sur les visages de mes employés. »

C’est chose faite puisque l’entreprise emploie désormais plus de 40 personnes, dont 30% de belgo-belges. Mais Ertuğrul Demir n’offre pas seulement un emploi à ses ouvriers. Il leur permet également de voler de leurs propres ailes, en les aidant à créer leurs entreprises, auxquelles il soustraite certains chantiers.

Le fait d’être Nouveau Belge, c’est-à-dire d’origine immigrante, n’a jamais été vécu comme un frein par Ertuğrul Demir. Au contraire, c’est une motivation supplémentaire:

« Quand on vient de l’immigration, on doit être un exemple pour les générations qui nous suivent. On doit être très actif, tant au niveau commercial qu’au niveau de l’enseignement que l’on peut offrir

Et ce n’est pas seulement en tant qu’entrepreneur qu’Ertuğrul Demir souhaite montrer l’exemple. Depuis 2012, il est également Président du Conseil d’Administration de Betiad, une association qui représente les entrepreneurs d’origine immigrante en Belgique.

Tags: , , , , , , ,



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to Top ↑
    • RSS
    • youtube
  • Our New European Days reports!

  • Our Magazine