headquarters of ECOWAS Bank for Investment and Development

Published on June 4th, 2015 | by Marion BOUVET | Credit: Wikipedia

0

Faire des Affaires au Togo

Togo en Bref:

Capital: Lomé
Population: 6.191.155 habitants (recensement de 2010)
Frontières: Bénin, Burkina Faso, Ghana
Langue officielle: Français
PIB: 4.339 milliards USD
Croissance économique: 6,3% (prévisions pour 2015)
Monnaie: Franc CFA (1 fCFA=6,55 EUR)

Interview:

1. Quelle est la situation sociale et politique actuelle au Togo?

Comme on le dit, il n’y a rien de plus dangereux qu’un malade qui s’ignore. Les Togolais ont eu le courage de poser un diagnostic clair de la source de leurs problèmes et leur ont appliqué des remèdes appropriés, ce qui a conduit à la stabilité et à la paix sociale. Il convient de préciser que le Togo n’a pas connu de conflits armés depuis les indépendances, en dépit des divergences d’opinions qui entrainent parfois des crises politiques.

Aujourd’hui, le débat public se fait à travers des institutions fiables, ceci, sous le regard inquisiteur d’une presse libre et plurielle qui veille au grain.
Le Togo est parvenu à créer un environnement politique et social stable grâce au dialogue permanent institué entre les différents acteurs politiques et sociaux, restaurant ainsi la confiance des bailleurs de fonds internationaux qui ont repris leur coopération avec lui. Ceci a conduit, de façon substantielle, à la relance économique du pays dont les résultats commencent par être perceptibles dans le vécu quotidien des populations.

A ce titre, le Togo a enregistré un taux de croissance du produit intérieur brut qui est passé de 2,4% en 2008 à 5,6% en 2014, malgré un environnement international difficile. Le cadre macroéconomique est stabilisé avec un niveau d’inflation maîtrisé, un niveau d’endettement extérieur en recul, une amélioration globale des recettes budgétaires assortie d’une maîtrise des dépenses publiques.
Sur le plan social, un cadre permanent de dialogue social est institué pour trouver des solutions aux problèmes des travailleurs tant du secteur public que privé.

2. Quelles sont les cinq principales raisons de faire des affaires au Togo? (situation géographique, situation politique, centres d’innovation …)

Les raisons de faire des affaires au Togo sont, entre autres :

i) Le Togo, un pays de paix, de sécurité et de stabilité
Comme nous l’avions souligné, le peuple togolais et son Gouvernement mettent un accent particulier sur la préservation de paix, de la sécurité et de la stabilité. Les investissements bénéficient de ce climat de quiétude.

ii) Le Togo constitue la porte d’entrée en Afrique de l’Ouest
De par sa situation géographique dans la sous-région, le Togo constitue la porte d’entrée en Afrique de l’Ouest. D’abord, par les facilités de transport qu’il offre (l’aéroport de Lomé est desservi quasi quotidiennement par de grandes compagnies européennes telles que Brussels Airlines, Air France, etc, tandis que ASKY, qui a fait de Lomé son hub, assure des vols réguliers vers presque toutes les autres capitales africaines. Et pour le transport de marchandises, le Port autonome offre aujourd’hui une grande capacité d’accueil avec son nouveau quai et son terminal à containers. Par ailleurs, la construction d’un quai minéralier est envisagée très prochainement.

Outre son positionnement géographique, un investissement au Togo permet aux hommes d’affaires étrangers d’accéder à tout l’espace de l’Union économique et monétaire ouest-africain (UEMOA), soit un gigantesque marché de plus de 106,5 millions de consommateurs.
Cet accès est garanti par les dispositions communautaires relatives à la libre circulation des personnes, des biens, des capitaux, à la résidence et à l’établissement.

iii) Un climat des affaires assaini et performant
Dans le classement Doing Business 2015, le Togo a gagné 15 places et se positionne parmi les pays les plus performants en matière de réformes du climat des affaires. Pour cela, les autorités du pays ont dû mettre en œuvre toute une batterie de mesures à savoir :

– La création d’un guichet unique de création d’entreprise, réduisant ainsi les délais et les démarches administratives (possibilité de créer son entreprise en 24 heures) ;
– L’adoption d’une charte des PMI/PME qui accorde de multiples avantages aux entreprises nouvellement créées ;
– L’adoption d’un nouveau code d’investissement, plus attractif, d’un code minier, d’un code des douanes et d’un nouveau code des marchés publics.
Dans le même ordre d’idée, la Société de la Zone Franche est en pleine mutation pour devenir une Agence de promotion des investissements privés.

iv) Un système judicaire reformé

Ayant compris que la sécurité des investissements dépend, dans une grande mesure, de la fiabilité du système judiciaire, le Gouvernement, avec le concours financier de l’Union européenne, a entrepris la réforme de la justice au Togo.

Il faut rappeler ici que le Togo est membre de l’Organisation pour l’Harmonisation du droit des Affaires en Afrique (OHADA) qui regroupe 16 pays et dont le but est d’unifier les règles régissant la pratique des affaires dans ces Etats membres. En cas de litiges, la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage de l’OHADA peut être saisie.

En outre et dans leur souci de garantie judicaire, les autorités de mon pays ont mis en place une Cour d’arbitrage, de Médiation et Conciliation encore appelée Cour d’arbitrage du Togo (CATO), pour des règlements à l’amiable des contentieux d’affaires.

v) Un potentiel du sol et du sous-sol encore faiblement exploité

Le Togo dispose d’importants gisements de ressources minières encore non/ou faiblement exploités : les phosphates, le marbre, le clinker, le fer, la bauxite, l’or, etc.
A cela, s’ajoute un énorme potentiel agricole. Le Togo est le pays de l’UEMOA qui dispose du plus grand pourcentage de terres à haut rendement agricole inexploitées.

L’informel, qui absorbe une grande partie du commerce, se trouve désormais dans un processus de transformation vers le formel.

Sur le plan des ressources humaines, le Togo dispose d’une jeunesse, bien formée et très professionnelle, qui est très sollicitée dans la sous-région.

3. Quels segments du marché au Togo offrent actuellement le plus de débouchés pour les exportateurs européens?

Les exportations vers le Togo concernent le plus souvent les produits cosmétiques, pharmaceutiques, les équipements de santé, les denrées alimentaires comme : viandes ou poulets congelés, les conserves, riz, huile, les intrants agricoles, les véhicules et pièces détachées, les motos et les vélos, etc. La liste n’est pas exhaustive parce que d’autres articles peuvent suivre l’évolution de la demande intérieure.

4. Y at-il des secteurs qui sont particulièrement prometteurs en particulier pour les petites et moyennes entreprises de l’UE ?

Au Togo, l’accent est mis sur un développement à la base et de promotion de l’emploi des jeunes. A cet égard, au lieu d’importer à tout vent, nous avons opté pour un développement des secteurs porteurs de croissance par le truchement de partenariat gagnant-gagnant.

Parmi ces secteurs, nous avons les services (banques, les TIC, les transports).

Dans le domaine de l’agriculture, l’accent est mis sur la transformation de nos produits agricoles et donc l’agro-industrie.

A cela, s’ajoute naturellement le commerce des équipements de tout genre, le secteur des énergies renouvelables, la microfinance, les BTP et les pistes rurales.

5. Quels sont les défis que les PME européennes rencontrent au Togo? Comment peuvent-ils être surmontés?

Le principal défi auquel sont confrontés tous ceux qui veulent investir au Togo est la non connaissance des procédures et dispositions réglementaires relatives aux affaires. Ils doivent veiller, avant toute chose, à chercher les informations fiables auprès des institutions habilitées à le faire et non auprès d’amis, de connaissances ou des gens de la rue qui fournissent souvent des informations erronées, faisant perdre du temps et de l’argent.
La première démarche, à mon sens, sera de s’adresser soit à la Chambre du Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT), soit au Ministère du commerce et de la promotion du secteur privé. Evidemment, l’Ambassade du Togo aussi peut fournir des informations utiles.

6. Quels conseils avez-vous pour les PME européennes qui cherchent à investir ou faire des affaires au Togo? Quelle serait la première chose que vous recommanderiez?

Le conseil que je leur donnerai est de découvrir d’abord le Togo, de l’aimer. Quand on visite une fois le Togo, on s’y attache et c’est plus facile d’y investir de l’argent, parce que le cœur y sera. Ce sera aussi judicieux de s’appuyer sur un partenaire local. C’est toujours un plus.

7. Avez-vous des conseils sur la façon de faire des affaires au Togo? (processus de prise de décision, des suggestions de sujets de conversation, des conseils sur la gestuelle…)

Définissez quand, où et comment vous investirez pour réaliser vos objectifs de croissance et d’efficacité au Togo. Un plan incluant des cibles ambitieuses vous aidera à croître, à affronter les défis et à vous adapter à l’évolution de la conjoncture. Recueillez autant d’informations que possible sur l’environnement externe: perspectives économiques, modification des besoins et des goûts des consommateurs et l’orientation stratégique de vos concurrents.

Par ailleurs, Le peuple togolais est très accueillant, et tous ceux qui font l’effort de vouloir s’intégrer sont toujours les bienvenus. Les liens de familles sont très forts. Vous pouvez commencer par appeler vos interlocuteurs par « mon frère » ou ma « sœur », ça facilite le contact, car chez nous en général, tous les hommes et femmes appartiennent à une même famille.

Et surtout, le football est immanquablement un sujet de conversation qui accroche, étant donné que tous les jeunes ont leurs clubs et suivent de très près les championnats européens.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to Top ↑
    • RSS
    • youtube
  • Our New European Days reports!

  • Our Magazine